CRREM

Date30 mars 2021

Face à l’explosion des émissions de gaz à effet de serre, la faible efficacité énergétique du secteur immobilier et le taux de rénovation insuffisant des bâtiments existants, l’Union Européenne s’est lancé le défi de décarboniser le secteur du bâtiment d’ici 2050. Face au durcissement des réglementations environnementales et aux attentes croissantes du marché, les Etats Membres se doivent de réduire drastiquement leur empreinte carbone afin de réduire le risque carbone associé à la dépréciation potentielle de leurs actifs. Pour guider les entreprises du secteur immobilier, l’Union Européenne a décidé de financer le projet CRREM (Carbon Risk Real Estate Monitor), un outil permettant de se projeter dans une trajectoire compatible avec les ambitions climatiques de l’Europe.

Qu’est-ce que le CRREM ?

Le CRREM est un outil permettant aux entreprises du secteur immobilier d’élaborer leur stratégie ESG en :

  • faisant le point sur leurs émissions de GES (Gaz à Effet de Serre)
  • prévoyant des scénarios afin de limiter le réchauffement climatique de 1,5 voire 2°C.

Concrètement, le CRREM se positionne comme un outil aidant les entreprises du secteur immobilier à centraliser les données relatives aux actifs de leur parc immobilier afin de faire le bilan de leur impact environnemental et limiter les risques ESG liés à leurs activités.

À lire également : Digitalisation de votre parc immobilier : comment ne pas avoir tout faux ?

Le CRREM se positionne également comme un outil novateur proposant de passer d’un mode de retour sur investissement sur les rénovations à une notion de risque d’obsolescence des actifs, et donc de valorisation extra-financière.

Comment est né le CRREM ?

Le projet de recherche CRREM a été financé par l’Union Européenne. Son consortium est composé de cinq institutions expertes dans le domaine de la recherche sur le carbone :

  • IIÖ Institute for Real Estate Economics (Autriche),
  • Université d’Alicante (Espagne),
  • Université d’Ulster (Royaume-Uni),
  • GRESB (Pays-Bas),
  • TIAS Business School de l’Université de Tilburg (Pays-Bas).

Qui peut bénéficier de cet outil ?

  • Quels sont les types de biens pouvant participer au CRREM ?

Le CRREM concerne de nombreuses typologies de biens immobiliers : Bureaux, commerces de détail, centres commerciaux, magasins de détail, hôtels, entrepôts de distribution industrielle, soins de santé, logements/loisirs et loisirs, cabinets médicaux, immeubles d’habitation multifamiliale, immeubles d’habitation unifamiliale.

  • Quels sont les pays présentant des actifs participant au CRREM ?

L’outil CRREM est proposé gratuitement aux entreprises immobilières tertiaires au sein de l’Union Européenne.  Cependant, il est désormais accessible au-delà de ces frontières et couvre aujourd’hui plus de 40 pays à travers le monde : Allemagne, Australie, Autriche Belgique, Brésil, Bulgarie, Canada, Chine, Corée du Sud, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, États-Unis, Finlande, Grèce, Hong Kong, Hongrie, Inde, Irlande, Italie, Japon, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malaisie, Malte, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Philippines, Pologne, Portugal, République de Chypre, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Singapour, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse.

Dans quel contexte le CRREM a-t-il vu le jour ?

Le projet du CRREM a vu le jour dans un contexte rythmé par deux éléments clés : 

  • La lutte contre le réchauffement climatique : En Europe, plus de 40% des émissions de GES sont issues du secteur immobilier. Il apparaît donc impératif de réduire les facteurs de risque carbone en améliorant l’efficacité énergétique des bâtiments. 
  • Le renforcement des réglementations européennes : L’Union européenne souhaite durcir les lois pour décarboniser le secteur d’ici 2050. Le Décret Tertiaire ou encore la Loi Transition Énergie Climat incitent ainsi à la réduction des consommations énergétiques,  la modernisation des bâtiments et influencent grandement les décisions d’investissement actuelles afin de répondre aux nouvelles attentes du marché. 

En aidant les acteurs de l’immobilier à faire le point sur leur niveau de consommation et émissions de GES, le CRREM permet aux acteurs de l’immobilier de se projeter dans le futur tout en s’inscrivant dans un scénario favorable à une diminution du réchauffement climatique à 1,5 ou 2°C.

L’outil encourage également les acteurs concernés à investir dans l’efficacité énergétique afin que leurs bâtiments répondent aux futures normes et aux attentes des différentes parties prenantes – investisseurs, clients, employés, etc.

À lire également : Etienne Dupuy, précédemment Managing Director chez Invesco et BNP Paribas Real Estate IS, nous parle de l’importance des critères ESG dans l’immobilier

Quels critères le CRREM prend-t-il en compte ?

Tout d’abord, l’outil CRREM comptabilise uniquement la consommation d’énergie opérationnelle. L’approche consiste en une vue d’ensemble des bâtiments incluant l’utilisation de l’énergie des espaces communs et des zones des locataires de la même manière.

Toutefois, les émissions carbone résultant d’une éventuelle rénovation énergétique sont analysées en fonction de leur impact sur les économies d’énergie.

À lire également : Feuille de route rénovation énergétique : L’Etat appelle à l’action !

L’outil CRREM permet donc d’introduire une mesure de modernisation énergétique pour chaque actif analysé au fil du temps.

 Il est également important de noter que : 

  • Des mises à niveau peuvent être nécessaires lorsque l’actif n’est plus conforme à la voie de décarbonisation,
  • L’utilisateur du CRREM peut travailler avec les données par défaut fournies par l’outil ou bien faire ses propres hypothèses concernant les coûts d’investissement et les économies d’énergie réalisées
  • Le CRREM utilise une méthodologie transparente de réduction d’échelle basée sur l’approche de décarbonisation sectorielle (SDA). 

À lire également : Collecte des données existantes : adoptez une méthodologie pragmatique

La méthodologie SDA permet de :

• Fournir une information indépendante et objective sur l’alignement de votre stratégie et de vos actions au regard de trajectoires sectorielles de décarbonisation,
• Identifier vos points d’amélioration pour mieux structurer votre stratégie climat,
• Comprendre les trajectoires sectorielles de décarbonisation afin d’anticiper les risques de transition associés.

Dans cette même logique de valorisation extra-financière, découvrez le GRESB : un outil vous permettant de mesurer la performance de votre stratégie ESG tout en vous comparant à vos pairs. Téléchargez gratuitement notre présentation pour découvrir les bonnes pratiques à mettre en place afin d’optimiser votre notation GRESB ainsi que les nouveautés 2021.

New call-to-action